www.methode-anti-migraine.com

 

 Accueil · Boutique · Plan du site · Prévisions météo · Stop Tabac · Stop Stress · Maigrir facilement · Phyto

Menu - www.methode-anti-migraine.com
 

 Qui a mal à la tête ?

 Les enfants ont-ils mal à la tête

 Maux de tête héréditaires ?

 Comment se produit un mal de tête

 Lutter contre la migraine

 Les céphalées

 Névralgies du trijumeau

 Le syndrome d'Atlas

 Anti-maux de tête

 Astuces

 Génétique

 Les enfants

 Migraine blanche ou rouge

 Facteurs déclenchant

 Différentes sortes de migraines

 Les raisons d'une migraine

 La consultation

 Les tisanes

 L'acupuncture

 Le biofeedback

 Le traitement de fond

 Les traitements de fond

 

 
 
 
 
 
 

 

 

MAL DE TÊTE : LES TRAITEMENTS

 

Les armes anti-tempête

Il n'existe pas de médicament universel contre la migraine. Seul un traitement individualisé est en mesure de donner de bons résultats à long terme. Quatre grandes classes de médicaments ont une efficacité démontrée dans la crise migraineuse : les antalgiques (aspirine, paracétamol...) ; les anti-inflammatoires non stéroïdiens, les dérivés de l'ergot de seigle (tar-trate d'ergotamine, DHE); et une nouvelle classe au mode d'action très innovant, les triptans. Seules les deux dernières classes constituent des médicaments spécifiques de la migraine. D'autres substances peuvent également s'avérer des adjuvants utiles, comme les antiémé-tiques, qui calment les nausées, ou la caféine, qui augmente l'efficacité des médicaments. Cessez l'automédication, vous pouvez vous faire plus de mal que de bien à long terme et ne même pas bien soulager vos crises, La prise en charge de la maladie migraineuse demande de la patience et suppose une bonne relation avec son médecin traitant. Le médecin, quand il aura posé son diagnostic, décidera avec vous du traitement à envisager. Il vous proposera, selon les cas :



QUAND LA CRISE EST LA

• L'ASPIRINE

Cet analgésique antipyrétique de la famille des anti-inflammatoires non stéroïdiens est un hôte habituel de nos pharmacies de maison. Il est loin d'être dénué d'intérêt dans le traitement de l'accès migraineux, au point d'être fréquemment considéré comme traitement de référence dans les études scientifiques. L'aspirine inhibe la synthèse des prostaglandines, et est efficace aux doses admises d'1 g, pas plus, par prise, sauf contre-indication comme une fragilité de l'estomac (antécédent d'ulcère gastro-duodénal). Attention aux allergies qui peuvent être graves chez l'asthmatique. Le risque d'intoxication chronique par l'aspirine est réel avec apparition de troubles sensoriels (vertiges, bourdonnements d'oreille) et transformation des migraines en céphalées résistantes. On le conseille aussi quand le migraineux n'est pas soulagé par les nouveaux triptans.

• Le paracétamol

Son mode d'action n'est pas très bien cerné, mais il inhibe lui aussi l'action des prosta-glandines en 1g par prise. En dépit du faible nombre d'études le démontrant, la pratique quotidienne confirme l'intérêt, lors des crises de sévérité modérée, de cet analgésique antipyrétique. Aux doses que l'on vous prerscrira, il est sans danger pour votre santé. Le paracétamol est de plus en plus associé à d'autres principes actifs (médicaments contre les vomissements, codéine ou dextropropoxyfène).

• LES ANTI-INFLAMMATOIRES NON STÉROÏDIEN:

Ils sont souvent très efficaces. Parmi eux, l'acide méfénamique, l'ibuprofène, le naproxè-ne, le flurbiprofène, l'acide tolfénamique, doivent être pris tôt avant les nausées. Les contre-indications classiques sont l'ulcère de l'estomac, l'insuffisance rénale.

• Le tartrate d'ergotamine

Le tartrate d'ergotamine agit sur l'évolution de la crise migraineuse en corrigeant les anomalies vasomotrices, contemporaines de la céphalée. Le médicament atténue la sévérité et la durée de la crise. Ce dérivé de l'ergot de seigle, associé le plus souvent à la caféine afin d'améliorer son efficacité, reste un traitement de référence de l'accès migraineux. Attention au surdosage qui est dangereux : il peut provoquer une grave maladie que l'on connaissait bien au Moyen-Age et qui s'appelle l'ergotisme, ou feu de Saint-Antoine. Les posologies quotidiennes et unitaires sont à strictement respecter (en général, il ne faut ne pas dépasser 4 mg/jour, et ne pas les associer à certains autres médicaments). Il est contre-indiqué en cas de syndrome de Raynaud et de maladie vasculaire grave.

• DlHYDROERGOTAMINE (DHE)

Ce produit dérivé dihydrogéné de l'ergotamine, est un agoniste partiel alpha-adrénergique et sérotoninergique. On le propose souvent en spray ou en injection pour éviter le passage dans le foie. C'est d'ailleurs surtout la mise au point du spray nasal qui, du fait de sa commodité d'utilisation, a permis l'emploi de la dihydroergotamine dans le traitement de l'accès migraineux. Le médecin vous demandera de respecter les mêmes règles de prudence que celles qui sont recommandées pour le tartrate d'ergotamine. Il est à noter qu'une intolérance locale, se manifestant par une obstruction nasale, est possible.

• Les triptans

Les triptans représentent une nouvelle génération d'antimigraineux indiqués dans le traitement de la crise. Les triptans agissent en moins d'un quart d'heure. A savoir : en général, on essaie d'abord les produits simples comme l'aspirine, tandis que les dérivés de l'ergot de seigle et les triptans sont réservés aux crises qui résistent aux médicaments précédents. La prise ne doit se faire qu'au moment des crises, et dès que vous êtes sûr que " ça " vient. En matière de traitement médicamenteux, la grande nouveauté de ces dix dernières années est l'apparition de cette nouvelle classe pharmacologique d'antimigraineux qui se sont avérés très puissants dont le chef de file est le sumatriptan, première molécule de cette classe commercialisée. Trois triptans sont actuellement sur le marché : le sumatriptan, le zolmitriptan et le naratriptan. Les deux derniers, de développement récent, sont remboursés par la Sécurité Sociale. D'autres sont en cours d'obtention d'autorisation de mise sur le marché (A.M.M.). Cette nouvelle génération de triptans vise théoriquement à une meilleure efficacité que le sumatriptan, grâce à un élargissement de leur zone d'action dans 1e cerveau, jusqu'au niveau du bulbe rachidien et grâce également à une plus grande biodisponibilité après absorption ainsi qu'à une demi-vie plus longue. L'intérêt de ces médicaments est notamment leur efficacité même dans le cas où la crise est déjà commencée.

Les migraines hormonales et leur traitement

Certaines migraineuses ont la migraine (sans aura) uniquement la veille ou le jour de leurs règles. On les appelle cataméniales. Elle se produit en fait pendant la chute des oestrogènes ; en général, l'application d'un gel ou la pose d'un patch contenant de l'oestradiol en vient à bout. Cette forme de migraine disparaît totalement à la ménopause. Pour d'autres femmes, certains moments du cycle, que ce soit l'ovulation ou l'approche des règles, sont des facteurs déclenchants de crises. Quand les migraines sont plus souvent déclenchées pendant ce que l'on appelle le " syndrome pré-menstruel ", le médecin prescrit habituellement une pilule progestative en seconde moitié du cycle. La pilule contraceptive peut aggraver ou au contraire réduire les migraines. Chaque femme est différente et réagit autrement aux propositions de traitement. Les médecins ne se mettent plus martel en tête pour savoir pourquoi ou comment une femme répond exactement de manière contraire qu'une autre, ils les écoutent, et suivant les symptômes qu'elles décrivent, proposent au cas par cas. Chez plus des deux tiers femmes qui souffrent de migraine, la grossesse s'accompagne d'une amélioration ou d'une disparition des crises. La cause de ce miracle n'est pas élucidé, mais on pense qu'elle est liée à une production accrue de progestérone. Une telle influence et surtout la prudence qui veut qu'on évite toujours les médicaments pendant la grossesse conduisent souvent le médecin à arrêter tout traitement de fond chez une patiente désirant ou débutant une grossesse. Si vous avez une crise de migraine enceinte, appelez votre médecin : certains traitements sont contre-indiqués pendant la grossesse.

Lors de crises, prenez un antidouleur dès les premiers signes d'une crise. Cette nécessité a toujours eu pour explication un phénomène de stagnation de l'estomac lors de la crise qui aurait pour effet de diminuer l'absorption digestive des médicaments. Si vous avez une migraine, prenez un médicament contre les nausées 15 à 20 minutes avant l'antidouleur. Les personnes qui ont une aura ne devraient pas prendre des triptans et des dérivés d'ergot de seigle au moment où elle se manifeste. Le médecin vous guidera dans la marche à suivre.

Les autres points du dossier :

» Astuces

» Génétique

» Les enfants

 

Lire aussi :

» Vaincre l’anxiété et le stress
» Stop au Stress !
 

 

 

www.methode-anti-migraine.com

 
www.methode-anti-migraine.com

 


 Boutique

 Le guide phyto de A à Z

 Bouquins

 Contact

Mentions légales


 Derniers articles

 


 Partenaires

 

La méthode anti-stress

 

La méthode anti-tabac

 

Astuces-divorce

 

 Le divorce

 Conseils-juridiques